Pourquoi Mésèny ?


Pourquoi Mésèny ?

D’où vient le terme “Mésèny” et pourquoi avoir choisi cette référence à notre histoire antique dans le cadre de notre projet de Web Campus.

MESENY AT SEBA désigne dans la langue africaine de la période pharaonique, le Campus d’Etudes (soit « At Séba ») de Mésèny.

Le terme « Mésèny » se réfère à la ville de Mésen dans le Delta du Nil où autrefois, Hérou (Horus) portait le nom de « Mésèny », soit « Celui qui harponne ».

A vrai dire, nos ancêtres ont donné au fils divin d’Aséta et d’Ousiré, plusieurs titres, tels « Hérou Iounmoutef » (Hérou le pilier de sa mère), « Hérou de Béhèdet » (temple d’Edfou), Hérou de Nékhen (en référence à la cité de Nékhen, ancienne capitale des Souverains dits « Shemsou Hor »), etc.

Mais c’est le titre de « Hérou Mésènou », pour « Hérou Seigneur de Mésen » qui a retenu notre attention. « Mésen » soit le « Lieu du harpon », désignait autrefois en particulier la « cité du harpon » dans le Delta (nord-est),Hérou faisait l’objet de nombreuses dévotions. D’où l’appellation théosophique de « Mésèny » soit « Celui qui harponne » ou encore « l’Harponneur ». 

Chose particulière, c’est encore l’une de ses appellations dans les Textes Sacrés des Pyramides dès l’Ancien Empire, au IIIème millénaire de l’ère ancienne africaine, soit il y a plus de 5000 ans.

Mais selon vous, Hérou harponne qui ? Seth bien entendu, car c’est notamment dans la localité de Mésen qu’il avait harponné Seth évoluant sous l’apparence d’un hippopotame. Cette hostilité vis-à-vis de Seth venait du fait qu’il se faisait le devoir de ravir à ce dernier, l’héritage qui à l’origine était celui de son père et qui lui revenait de fait.

Prenant la succession de son Père (Ousiré, le fils divin d’Amon), Hérou apparaît dans les Textes Sacrés de Kemet (l’Egypte ancienne), en tant que « Pasteur des peuples » et c’est à ce titre qu’il proclame : « Je suis Hérou dont la parole est Vérité, je suis le chemin de la vie éternelle. Qui veut aller à mon Père, doit passer par moi ». 

Il est évident que nous touchons là à l’un des emprunts les plus flagrants de la chrétienté occidentale à la tradition spirituelle africaine. Et cela d’autant plus que par la suite, c’est précisément l’iconographie théologique d’Hérou de Mésèny qui a été plagiée pour élaborer de toutes pièces, le personnage de St Michel harponnant le dragon.

Apprendre à mieux connaître l’origine africaine de nombreux savoirs à travers le monde pour ainsi combattre comme Hérou, les affres de l’ignorance, telle est donc la mission de notre enseignement, à travers ce WEB CAMPUS MESENY AT SEBA.